Louis Marchand - Un concept fécond : la consommation d’espace temps

cst:11814 - Les Cahiers Scientifiques du Transport - Scientific Papers in Transportation, 30 novembre 1984, 10 | 1984 - https://doi.org/10.46298/cst.11814
Un concept fécond : la consommation d’espace tempsArticle

Auteurs : Louis Marchand 1

  • 1 RATP

Les centres des agglomérations focalisent les principales fonctions urbaines et engendrent de ce fait des volumes de déplacements très importants, le plus souvent concentrés dans le temps. La rareté de l'espace au sol dans ces centres conduit donc à s'interroger sur la consommation d'espace propre à chaque mode de transport : automobile, deux-roues, transports collectifs et marche à pied. Un concept nouveau - le m2 x heure -permet de quantifier ces consommations en tenant compte à la fois de la circulation et du stationnement des véhicules. Il montre par exemple qu'un déplacement domicile-travail de longueur moyenne, effectué en automobile, consomme 90 fois plus d'espace que s'il est réalisé en métro, 45 fois plus qu'à pied, 4 fois plus qu'en deux-roues et de 8 à 30 fois plus qu'en autobus, selon que ce dernier circule sur voirie banale ou bien bénéficie d'une voie réservée. Plus généralement, ce concept éclaire le sens et les proportions selon lesquels peut ou doit s'effectuer, dans les centres urbains, une redistribution (ou une création) d'espace de voirie entre ses différents utilisateurs, afin d'en assurer une productivité globale satisfaisante. Celle-ci est d'autant mieux cernée qu'une valeur monétaire peut être attribuée à cette conservation d'espace (1 m2 x heure vaut en moyenne de 0,20 à 0,40 F) : en effet, tout se passe comme si les marchés de l'espace existant et de l'espace créé étaient assez équilibrés pour ne constituer en effet qu'un seul marché.


Volume : 10 | 1984
Publié le : 30 novembre 1984
Importé le : 24 août 2023
Mots-clés : [SHS]Humanities and Social Sciences

Statistiques de consultation

Cette page a été consultée 30 fois.
Le PDF de cet article a été téléchargé 29 fois.