Stéphane Carré - La délicate appréhension du temps de travail des conducteurs routiers

cst:11988 - Les Cahiers Scientifiques du Transport - Scientific Papers in Transportation, 31 mars 2001, 39 | 2001 - https://doi.org/10.46298/cst.11988
La délicate appréhension du temps de travail des conducteurs routiersArticle

Auteurs : Stéphane Carré ORCID1

  • 1 Droit et changement social

Le métier de conducteur routier, comme nombre d'activités professionnelles nomades, a cette caractéristique essentielle qu'il est difficile de discerner les temps de travail des temps de repos entre le moment où le travailleur débute un déplacement professionnel et le moment où il le termine. Durant toute cette période, qu'il conduise ou dorme, le chauffeur agit dans le cadre d'une activité professionnelle. Dès lors que le législateur entend rémunérer les conducteurs en fonction exacte de leur temps de travail, se pose la question de la nature des périodes durant lesquelles, sans exercer une activité précise et visible, le salarié ne se trouve pas moins en situation de travail. Trois circonstances sont prises en compte par le droit, qui forment comme un continuum entre les périodes clairement identifiées comme étant du travail effectif ou du repos : les périodes d'attente, les coupures imposées par la législation européenne dans les temps de conduite, les repos de courtes durées pris dans une journée de travail ou lors d'un déplacement.


Volume : 39 | 2001
Publié le : 31 mars 2001
Importé le : 24 août 2023
Mots-clés : chauffeur routier,droit social,sociologie du travail,temps d'attente,coupure de conduite,[SHS.DROIT]Humanities and Social Sciences/Law,[SHS.SOCIO]Humanities and Social Sciences/Sociology

Statistiques de consultation

Cette page a été consultée 27 fois.
Le PDF de cet article a été téléchargé 25 fois.