Gunnar Lindberg ; Lars Hultkrantz ; Jan-Eric Nilsson ; Fridtjof Thomas - Payer selon sa vitesse. Deux expériences de terrain destinées à limiter le risque de sélection adverse et le risque moral dans le secteur de l’assurance automobile

cst:12096 - Les Cahiers Scientifiques du Transport - Scientific Papers in Transportation, 31 mars 2010, 57 | 2010 - https://doi.org/10.46298/cst.12096
Payer selon sa vitesse. Deux expériences de terrain destinées à limiter le risque de sélection adverse et le risque moral dans le secteur de l’assurance automobileArticle

Auteurs : Gunnar Lindberg 1; Lars Hultkrantz 1; Jan-Eric Nilsson 1; Fridtjof Thomas 1

  • 1 Swedish National Road and Transport Research Institute

Environ un million de personnes sont tuées chaque année dans des accidents de la route à l’échelle de la planète. Les risques et les conséquences augmentent progressivement avec la vitesse choisie par chaque conducteur. Le comportement de l’automobiliste a une incidence sur sa propre sécurité, mais aussi sur celle des autres. L’internalisation des coûts externes du transport routier privilégiait jusqu’ici les taxes ou primes d’assurance calculées en fonction de la distance. Mais si de telles mesures sont susceptibles d’avoir un effet sur la distance parcourue, elles n’ont aucune incidence sur le comportement au volant. Cet article démontre qu’en adossant les primes d’assurance à l’installation de systèmes de positionnement embarqués, il est possible de récompenser les conducteurs prudents et de leur permettre de sélectionner eux- mêmes les différentes classes de risque en fonction de leur capacité à respecter les limitations de vitesse. Nous analysons deux expériences de terrain fondées sur une approche économique visant à tester différents moyens pour inciter les propriétaires automobiles à faire installer un dispositif électronique sur leur véhicule susceptible de les encourager à limiter leurs excès de vitesse. Nous montrons qu’une indemnité destinée à rémunérer ceux qui consentent à installer le dispositif proposé, ce qui équivaut à une réduction de leur prime d’assurance, augmente la propension des automobilistes à accepter ce système. La seconde expérience prévoit de lier le montant de l’indemnité au nombre réel d’excès de vitesse commis. Nous considérons qu’il s’agit là d’un autre moyen de contraindre les usagers de la route à respecter les limitations de vitesse en vigueur.


Volume : 57 | 2010
Publié le : 31 mars 2010
Importé le : 24 août 2023
Mots-clés : L91,R41,[SHS]Humanities and Social Sciences

Statistiques de consultation

Cette page a été consultée 37 fois.
Le PDF de cet article a été téléchargé 44 fois.